Retour au Fil API du 18/02/19
Numérique

Acklio se structure à Rennes

Ille-et-Vilaine  | 18/02/19
Previous Next

La startup rennaise développe des solutions logicielles permettant de renforcer la compatibilité entre des réseaux comme Lora ou Sigfox, dédiés aux objets connectés et le réseau internet. Spin-off de l’IMT Atlantique, Acklio a mis au point le SCHC, un protocole de compression permettant de réduire la taille des entêtes protocolaires afin de favoriser l’interopérabilité entre les réseaux et sécuriser les échanges. « Nous avons recruté des ingénieurs, des chercheurs mais aussi des profils pour accompagner l’industrialisation de nos solutions », explique Marianne Laurent, en charge de la communication d’Acklio.

 

Industrialisation

La startup a été fondée en 2016 pour déployer les travaux de recherches (13 thèses de doctorats - 15 projets nationaux et internationaux) menés depuis 20 ans au sein de l’école d’ingénieurs. Jusqu’au printemps 2018, Acklio a notamment mené des démonstrations et expérimentations avec des acteurs comme Bouygues, Orange, Cisco ou Sigfox. « Nous avons accéléré notre activité commercialisation avec l’industrialisation de notre technologie au travers de solutions logicielles pour les réseaux d’infrastructures. » La startup a complété sa suite cloud Alis de logiciels pour répondre aux besoins des trois cibles commerciales identifiées : les intégrateurs systèmes, les opérateurs de réseaux et les fabricants d’objets. 

 

Marchés internationaux

Présente au CES à Las Vegas en janvier dernier avec l’Institut Mines-Télécom, Acklio a appuyer ses démarches commerciales en France et à l’export. « Le marché français est intéressant car contrairement à d’autres pays,  les acteurs y sont déjà structurés et ont une appétence pour ce type de technologies », analyse Marianne Laurent. La startup vient d’intégrer l’incubateur Shake’up de Wavestone afin d’accélérer la commercialisation de sa technologie auprès des clients grands comptes du cabinet. 

 

Standard mondial

Au delà de la commercialisation de ses solutions logicielles, Acklio souhaite faire de son protocole SCHC, accessible en open-source, un standard mondial du marché. La startup y travaille depuis trois ans avec l’IETF, l’organisme régulateur des protocoles internet. Le dossier est toujours en cours d’études. Il pourrait aboutir dans les 18 mois.

Maureen LE MAO