Retour au Fil API du 17/05/18
Numérique

Ariadnext se développe et recrute à Rennes

Ille-et-Vilaine  | 17/05/18
Previous Next

En 2017, Ariadnext a réalisé un chiffre d’affaires de 3,2 M€ contre 2,16 M€ sur l’exercice précédent. « Il s’agit du second exercice où nous sommes rentables. Nous prévoyons de clore notre exercice 2018 à 4,3 M€ », indique Guillaume Despagne, le président de la société, spécialisée dans les solutions pour la dématérialisation et la sécurisation des documents. La PME emploie aujourd’hui 43 salariés, contre 31 salariés à l’été 2017. Une dizaine de recrutements sont prévus d’ici fin 2018, notamment des développeurs et des chercheurs. « Aujourd’hui, l’enjeu pour nous est de recruter et fidéliser nos salariés. Nous embauchons des profils très recherchés. Il nous faut donc travailler notre marque employeur. » 

 

Banques et fintechs

Outre la société, Ariadnext a également structuré son offre avec la mise en place de marques par produits et briques technologiques. « Nos différents produits visent des marchés différents. Cela nous permet de mieux être identifiés et mieux nous positioner face à la concurrence.» Guillaume Despagne attribue notamment la croissance de l’activité à la commercialisation d’Idcheck.io, une solution de vérification de documents d’identité. « Sur 2017, elle a notamment été intégrée par plusieurs acteurs des fintechs et des organismes de crédit comme Arkéa, Lydia, le Crédit mutuel ou encore les offres bancaires de la grande distribution. » Une tendance qui se confirme en 2018. « Nous nous développons aussi sur le marché de l’assurance. Et certains de nos clients complètent leurs process avec notre solution de signature électronique. »

 

Un bureau à Madrid

Ariadnext entend aussi se développer hors de France. La PME, qui réalise aujourd’hui 5 % de son chiffre d’affaires en Europe proche, a ouvert un bureau à Madrid. « L’objectif est de dupliquer la stratégie mise en place en France sur les secteurs des fintechs et de la banque et par opportunités sur d’autres marchés », précise le dirigeant ciblant les pays frontaliers et l’Europe de l’Est, où la concurrence est moindre.

 

Identité numérique

Pour ce développement hors de France, la PME aussi une solution de détection des documents falsifiés issue du projet IDFraud, mais aussi sur Mobile Connect et Moi. « Il s’agit de la déclinaison commerciale du projet collaboratif Mobidem, qui se terminera mi-2019. » Ariadnext a mis au point une solution de création d’une identité numérique dont la sécurisation se fait via le numéro de téléphone mobile associée à la carte sim. Depuis novembre, elle est déployée sur Franceconnect, le dispositif mis en place par le gouvernement pour se connecter à certains services publics. 

 

En Europe

« Mobile Connect et Moi est en cours d’audit par l’Anssi pour obtenir la qualification européenne eIDAS. Cela nous ouvrirait de nouveaux marchés au sein de l’UE, chaque pays devant prochainement proposer un schéma d’identification électronique de ses citoyens », explique le dirigeant. Aujourd’hui, Guillaume Despagne et Marc Norlain, co-fondateurs d’Ariadnext en 2000 détiennent 100 % du capital de la PME. Pour accélérer sur le marché européen, les deux associés pourraient à moyen-terme envisager d’ouvrir le capital.

Maureen LE MAO

Fil API du 17/05/18 : autres actualités