Retour au Fil API du 20/07/18
Numérique

Captainvet en passe de boucler une première levée de fonds

Finistère  | 20/07/18
Previous Next

La startup brestoise devrait finaliser une première levée de fonds d’ici l’automne prochain. « Cette opération en love-money sera comprise entre 300 et 700 k€ », indique Nicolas Charbonneau, co-fondateur de Captainvet avec André Cloarec, entrepreneur et Julien Cavarec, vétérinaire. Si la startup a juridiquement été fondée en mai 2017, les trois associés aux profils complémentaires portent ce projet depuis fin 2015. Captainvet a développé une plateforme de services digitaux permettant d’accompagner les vétérinaires dans leur stratégie de fidélisation et d’acquisition de clientèle, notamment via la prise de rendez-vous en ligne. 

 

Le modèle éco

Ce service a été lancé en octobre 2017. « La levée de fonds nous permettra d’appuyer notre développement commercial. Cinq recrutements sont prévus, notamment au sein de l’équipe commerciale. » En plus des trois associés, la startup brestoise emploie déjà 5 salariés. Captainvet commercialise sa plateforme aux vétérinaires indépendants, cliniques et cabinets sous la forme d’un abonnement mensuel. « Nous ciblons dans un premier temps les vétérinaires urbains, ceux qui prennent en charge les animaux de compagnie. Et nous ouvrirons aux marchés des vétérinaires d’élevage en 2019 avec des services spécifiques. » Avec une centaine de clients, Captainvet capte aujourd’hui 1 % du marché. D’ici à 2020, la startup espère avoir séduit 1 200 cabinets et cliniques vétérinaires. 

 

Des innovations régulières

A l’image de DoctoLib, Captainvet permet aux vétérinaires d’optimiser leur secrétariat téléphonique. Pour se distinguer de ses concurrents, la startup va plus loin que la prise de rendez-vous en ligne qualifiée selon le degré d’urgence. « Nous optimisons la visibilité des vétérinaires via du référencement payant et la déploiement d’un système d’avis vérifiés relayés sur Google My Business. » La startup a mis en place des process de R&D itératifs afin de lancer une nouvelle fonctionnalité toutes les deux semaines et un service tous les six mois. Le prochain sera un outil de “click and collect“ pour les aliments pour animaux.

Maureen LE MAO