Retour au Fil API du 12/06/17
Objets connectés

Flex-Sense boucle une première levée de fonds

Vendée  | 12/06/17

Camouflées dans les parcs à huîtres ou sur les cultures en eau profonde, les huitres espions développées par Flex-Sense, sont de réelles sentinelles.

Flex-Sense vient de boucler une première levée de fonds auprès d’investisseurs privés. Emmanuel Parlier, président fondateur de la startup vendéenne, ne communique pas sur le montant levé mais évoque « une valorisation post-money à 1,8 M€ ». Il travaille déjà sur une levée de fonds complémentaire d’1M€ qu’il espère boucler d’ici à la fin de l’année via le crowdfunding. « Nous faisons du chiffre et nous sommes rentables depuis le 1er jour, nous avons donc financé tous nos développements jusqu’à présent sur fonds propres. Mais nous avions besoin de nous staffer sur la partie électronique embarquée et nous commençons à envisager de la croissance externe. »

 

Des boîtiers qui se fondent dans l'environnement

Créée en juillet 2015 par 4 associés, la société est spécialisée dans la télémétrie sans fil tout terrain. Flex-Sense conçoit des équipements, des capteurs (boîtiers neutres ou cryptiques c’est-à-dire qui se fondent dans l’environnement), permettant la transmission de données sécurisées sur de longues portées (30 km) et en autonomie (5 ans) en milieux complexes et hostiles. « Nous sécurisons les biens et les personnes. » Flex-Sense s’est notamment fait connaître avec son “ anti-vol pour huitres“, un faux mollusque qui permet de réduire les vols dans les exploitations.

 

Multiples utilisations

La startup déploie aujourd’hui son savoir-faire à bien d’autres secteurs : le BTP, l’agroalimentaire, la logistique, l’eau potable, l’énergie…. La société s’appuie sur le réseau LoRA mais elle a fait le choix de déployer son propre réseau d’antennes. Sa plateforme est compatible sur tous supports (tablettes, ordinateurs et smartphones). Et ses concepteurs ont beaucoup travaillé sur l’ergonomie pour en faciliter la prise en main et l’utilisation. « Elle ne nécessite aucune compétence informatique », assure Emmanuel Parlier.

 

recrutements

Lauréate de Réseau entreprendre, la société, déjà multi-distinguée,vient de remporter le concours Fundtruck à Nantes. 5 personnes travaillent aujourd’hui sur le projet : les 4 associés et un salarié. « Jusqu’à présent nous avons fait le choix de travailler avec des prestataires extérieurs. Mais nous allons accélérer avec un objectif d’un recrutement par mois jusqu’à la fin de l’année », annonce Emmanuel Parlier. Flex-Sense ne communique pas sur son chiffre d’affaires. 

Florence LE NEVÉ