Retour au Fil API du 11/04/18
Étude

Investissements étrangers : une cuvée 2017 moyenne dans l’Ouest

Pays de la Loire  | 11/04/18
Previous Next

L’an passé, les investissements étrangers dans les Pays de la Loire ont créé ou participé au maintien de 1 626 emplois contre 1 845 en 2016 (-13 %), soit un ratio de 1 pour 1 000 emplois contre 1,2 en moyenne nationale, selon Business France, l’agence publique de l’Etat. En 2016, ce ratio s’élevait à 1,26 contre 1,01 en moyenne nationale. « L’année 2017 est marquée par de belles réussites en matière d’internationalisation de l’économie régionale, avec plus de 900 M€ d’investissements directs étrangers », se réjouit néanmoins l’agence régionale, soulignant un montant multiplié par 3,7 et évoquant « un vrai décollage de la prospection directe à l’international ». Plus de la moitié des projets (55 %) sont orientés vers la production et 21 % vers les services aux entreprises. Même si elle améliore son score, la Bretagne reste à la traîne avec un ratio de 0,6 contre 0,48 en 2016. Selon l’indice d’attractivité des fonctions élaboré par Business France, la Bretagne se caractérise par le poids relatif des activités liées à la R&D alors que l’industrie marque les Pays de la Loire, en particulier les secteurs liés aux matériels aéronautiques et ferroviaires.

 

Quelques « belles réussites »

Parmi les principaux dossiers concrétisés dans les Pays de la Loire figurent l’implantation du groupe norvégien Havyard, spécialisé dans la construction et la réparation navale, à Saint-Nazaire après avoir remporté un contrat de 8,5 M€ avec STX France, le nouveau siège social au Bignon (44) de la filiale française du japonais Yaskawa, fabricant de robots industriels et de produits mécatroniques, soit un investissement de 5,5 M€, et l’investissement de 14 M€ de l’américain Arconic, spécialisé dans la fabrication et l’usinage de pièces métalliques, dans son usine de Saint-Cosme-en-Vairais (72) où travaillent plus de 700 salariés. En Bretagne sont évoqués la transformation à Pluvigner (56) en « centre de classe mondiale » de l’usine du groupe Hill-Rom, spécialisé dans l’équipement de technologie médicale, l’épanouissement de la start-up suisse Procsea, installée à Rennes depuis 2016 et à l’origine d’une marketplace réservée aux professionnels de la mer, et l’arrivée toujours à Rennes de Miabox, start-up ivoirienne qui a mis au point une plate-forme VOD et live streaming TV spécialisée dans les contenus africains et sud-américains.

Jacques LE BRIGAND

Fil API du 11/04/18 : autres actualités