Retour au Fil API du 03/05/18
Industrie

L’activité de Laisné Industrie repart à La Chapelle des Fougeretz

Ille-et-Vilaine  | 03/05/18

Le groupe dispose de deux sites de production de 2 000 m2 à Morlaix et 4 000 m2 à La Chapelle des Fougeretz

Reprise à la barre du tribunal de commerce en juillet dernier, l’activité de Laisné Frères, devenue Laisné industrie, repart. La PME de La Chapelle des Fougeretz est spécialisée dans la fabrication sur-mesure de plans de travail pour les salles de bain et cuisines . « Depuis la reprise, nous avons travaillé sur la maîtrise des coûts et la restructuration des différents services et la production. Dans une logique de service-client, nous avons également créé un pôle logistique et assurons dorénavant en interne la livraison de nos clients en Bretagne, Basse Normandie et Pays de la Loire », indique Clément Her, à la tête du groupe Laisné.

 

Investissements, recrutements

35 salariés avaient été repris en juillet dernier. 15 recrutements ont été effectués sur les six derniers mois. Depuis l’été 2017, Environ 500 k€ ont été investis au sein de l’entité brétilienne du groupe. « Nous avons également intégré le programme Industrie du futur en Bretagne. L’objectif est de rendre demain nos lignes de production plus automatisée. Et travaillons sur un plan d’investissement en ce sens sur 2018-2020. » Entre ses deux sites de La Chapelle des Fougeretz et Morlaix, le groupe Laisné emploie 70 salariés pour un chiffre d’affaires global de 9 M€. A Morlaix, CMAD Transformeurs est spécialisée dans la conception et fabrication de mobilier d’agencement pour le retail, l’hôtellerie et les collectivités.

 

croissance externe

A la tête de CMAD à Brest depuis 2011, Clément Her (30ans) a en partie développé le groupe Laisné par croissance externe. En 2015, le jeune entrepreneur avait racheté la Scop morlaisienne Transformeurs & partenaires, alors en redressement judiciaire. Les deux entités ont été depuis été fusionnées sous CMAD Transformeurs. « Nous avons finalisé le transfert de l’activité entre Brest et Morlaix fin 2017. 150 k€ ont également été investi en machines sur ce site de production de 2 000 m2 », mentionne le dirigeant, qui ne cache pas s’intéresser à d’autres opportunités de rachat. 

Maureen LE MAO