Retour au Fil API du 18/09/17
Nautisme

Les entreprises de l’Ouest montent à bord de l’Energy Observer

Ille-et-Vilaine  | 18/09/17
Previous Next

Peu avant l’été, une nouvelle entreprise a rejoint le trio de tête des partenaires de l’aventure Energy Observer. Le logo du groupe breton Delanchy Transports s’affiche désormais sur la coque du bateau mais aussi sur les dômes du village qui suivra son épopée autour du monde. Le logo du groupe de Guidel y côtoie ceux d’Accor Hôtels et de Thélem assurances, déjà engagés depuis 2016. Laboratoire flottant valorisant les énergies propres, Energy Observer est considéré comme le premier bateau autonome en énergie et sans émission de gaz à effet de serre, propulsé aux énergies renouvelables et à l'hydrogène. Ce projet est porté par la société malouine Energy Observer, avec à sa tête Victorien Erussard, coureur au large et officier de marine marchande. Avec Jérôme Delafosse, explorateur et réalisateur de documentaires, ils mèneront une expédition de six ans autour du monde avec 101 escales prévues dans 50 pays. L’objectif ? Optimiser les technologies et partager des solutions pour le développement durable.

 

Le budget

« Un budget de 5,5 M€ a été consacré à la R&D et la transformation du catamaran de 30,5 m de long et 12,80 m de large. Nous l’avons financé entre nos fonds propres, de l’emprunt et du sponsoring », précise Victorien Erussard, notant le soutien de certaines collectivités comme la région Bretagne, Saint-Malo ou Nantes. Le budget du tour du monde est estimé à 5 M€ par an. « La moitié est consacrée à la production de contenus, notamment vidéo. Une série documentaire de 8 x 52 minutes sera produite pour le groupe Canal afin de valoriser ceux qui innovent, à travers le monde, en matière d’énergies et d’écologie. Le reste intègre notamment la logistique liée aux étapes et aux opérations de communication », précise Louis-Noël Viviès, directeur du développement et des partenariats d'Energy Observer.

 

des locaux

En septembre 2016, Energy Observer avait bouclé environ 75 % du budget alloué à la R&D et la transformation du catamaran. Courant 2017,  plusieurs entreprises, notamment bretonnes, ont rejoint l’affiche des sponsors financiers comme les promoteurs Lamotte et Sacib ou le Crédit maritime. En plus du soutien financier, certains apportent également leurs compétences : la logistique liée au village pour Delanchy, des équipements de pilotage domotique à l’intérieur du navire pour Delta dore ou des technologies solaires pour l’angevin Technitoit.Pour réaliser et équiper le navire, Energy Observer a fait appel aux compétences locales comme celles d’Armor Méca qui a usiné des pièces en titane ou encore Ocam à Dinan, Plastimo à Lorient ou encore Zeppelin qui dispose d’un site au Lude (72).

 

stocker l'energie

Pour Louis-Noël Viviès, au delà de la visibilité et de l’image qu’Energy Observer, l’enjeu est aussi technologique pour ces partenaires. « Aujourd’hui, la problématique c’est le stockage de l’énergie. Accor comme Delanchy, nos partenaires principaux disposent des bâtiments à toits plats avec des panneaux solaires. L’objectif maintenant c’est de pouvoir stocker l’énergie en toute autonomie, un des défis auquel Energy Observer doit répondre. » Durant son tour du monde, l’équipe poursuivra la R&D autour des énergies propres embarquées. L’une d’entre elles les éoliennes hélicoïdales développées ont été mises au point par l’Icam de Nantes.

Maureen LE MAO

Fil API du 18/09/17 : autres actualités