Retour au Fil API du 16/06/17
Numérique

Lexistems, premier moteur sémantique intelligent

Mayenne  | 16/06/17
Previous Next

Quand Marie Granier, 31 ans, ingénieur en mathématiques appliquées et en modélisation informatique, rencontre Frédéric Milliot, 51 ans, docteur en lettre et en traitement automatique du langage, cela donne Lexistems. Créée en avril 2016, la société vise à commercialiser Xact.ai (lire exact a.i, ai pour intelligence artificielle), un moteur de recherche intelligent capable de comprendre des questions posées en langage naturel, des allusions, des périphrases et d’apporter des réponses issues de plusieurs sources (graphiques, texte, photos, cartes…) pour former un corpus complet.

 

Mieux que Google et Siri

Qui est le président du pays de la Tour Eiffel ? Une question qui sèche Google, Yahoo et autre Siri. Xact.ai est capable d'y répondre. Il agrègera la photo d’Emmanuel Macron, plus une bio du président, la carte de France et la géolocalisation de la Tour Eiffel, un laïus sur le pays… « Notre moteur n’associe pas des mots-clés. Il est basé sur la sémantique et l’interprétation des mots » argue Marie Granier. Ses applications : la recherche dans les bases de données à partir de champ, de fenêtre de chat, ou de la retranscription écrite de la voix.

 

Exploiter les datas

Aux clients de déterminer les bases de connaissances privées ou publiques qu’ils veulent interroger : les juristes interrogeront les différents codes et leurs interprétations, les cas similaires déjà traités pour répondre en ligne aux questions des internautes; les assurances rechercheront dans leurs contrats, leurs historiques, les sites officiels pour suivre l’évolution en temps réel de la réglementation; les téléspectateurs pourront interroger leur box à partir du micro de la télécommande sans quitter leur programme; un industriel pourra requêter dans les dossiers de R&D de la société…. « Notre cible ? Les grandes entreprises qui ont beaucoup de données que ce soit pour leur usage interne ou pour celui de leurs clients », indique Marie Granier.

 

Essayer pour convaincre

La société met pour l’heure son moteur à l’épreuve pour décrocher des prospects. Elle a mis au point deux démonstrateurs : Sensible search et Sensible chat pour convaincre. Elle se rémunèrera sur un abonnement annuel pour accéder à son API en mode Saas, qui sera fonction de la taille et du nombre des bases à requêter. Plus, si nécessaire, sur l’intégration de son API et des développements spécifiques. Lexistems a déjà réuni 350 k€ pour son projet, ce qui lui permet d’être autonome sans commercialisation. Les dirigeants attendent leurs premiers clients avant de lancer une levée de fonds et garderont le contrôle de la société. En attendant ils poursuivent leur R&D et la traduction de leur moteur dans toutes les langues. Ils s’appuient sur l’école normale supérieure de Lyon qui leur fournit un ingénieur et devraient compter 4 doctorants dans leur équipe en septembre. Ils espèrent réaliser un chiffre d’affaires de 500 k€ en 2017 et d’1,8 M€ en 2018 avec l’export. Lexistems compte faire souche dans chaque pays où elle commercialisera son logiciel. « Une nécessité pour comprendre les subtilités de la langue ».

 

Lauréate Bpi, Labex

Lauréate du concours de l’innovation de BPIfrance, labellisée Frenchtech et labex Milyon, la société est incubée par IDfactory à Laval. Elle planche aussi sur un projet de R&D européen avec l’Istia à Angers et l’université de Rennes qui vise à interroger à la voix ou en désignant une zone à la main, une base de données sur le corps humain, ses pathologies et les remèdes via une paire de lunette connectée.

Olivia BASSI