Retour au Fil API du 01/02/18
Numérique

Teester déménage pour grandir

Loire-Atlantique  | 01/02/18

Avec ses vidéos faites par des utilisateurs des produits ou services, Teester veut redonner de l'authenticité dans l'approche marketing©Teester

Teester a déménagé dans le centre de Nantes où elle a pris 250 m2 de locaux en location. Avec déjà 15 salariés et de nouveaux recrutements en perspective, la startup créée en 2016 par Julien Chevalier entend ainsi préparer l’avenir. « En attendant de grandir nous avons prévu de consacrer une partie de l’espace disponible à l’accueil de startups pour recréer un écosystème », explique Julien Chevalier.

 

Des clients grands comptes

Incubée par Atlanpole, la jeune pousse a développé une plateforme de tests de produits et de services en vidéo par et pour les consommateurs. Elle revendique une trentaine de clients, « des acteurs référents dans leur secteur », parmi lesquels on retrouve Allianz, Eram, Leclerc, Rue du Commerce ou Bébé confort. « Les consommateurs sont en recherche d’authenticité. Les marques l’ont bien compris. D’où leur intérêt pour notre solution. » Les vidéos Teester permettraient d’augmenter le taux de transformation de 57% en moyenne.

 

Authenticité

La société revendique aujourd’hui plus de 35 000 utilisateurs avec plusieurs centaines de vidéo déjà en ligne sur la plateforme. « Nous continuons le développement technique avec l’ajout de nouvelles fonctionnalités comme le sous-titrage automatique des vidéos. » Teester se positionne comme tiers de confiance quant à l’objectivité des vidéos. L'équipe Teester visionne et modère toutes les vidéos envoyées pour les valider ou non. « Nous voulons éclairer les consommateurs dans leurs achats à travers des informations authentiques, pertinentes et qualitatives », souligne Julien Chevalier qui dit apporter le plus grand soin au recrutement des experts testeurs.

 

modèle économique

Teester a basé son développement sur un modèle économique double. « Soit la marque nous demande d’aller chercher des experts que nous allons sourcer via un algorithme en fonction de la spécificité des clients qu’elle veut adresser. Soit nous mettons notre technologie via un abonnement à disposition de la marque pour ses propres clients. »

 

Florence LE NEVÉ

Fil API du 01/02/18 : autres actualités