Retour au Fil API du 24/01/17
Médias

Terra éco espère renaître au printemps

Loire-Atlantique  | 24/01/17

Les 7 co-fondateurs du nouveau Terra éco disent défendre "un journalisme indépendant d'investigation et de récit"

Terra éco, le média du développement durable, espère renaître au printemps. L’association les Amis de Terra éco qui porte le projet de relance a lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Zeste (propriété de Nef, la banque de l’économie sociale et solidaire). Elle espère collecter entre 100 et 150 k€ auprès de lecteurs, qui, en contrepartie de leur don, deviendraient abonnés de la nouvelle formule. Les investissements sont possibles dès 5€. Les 7 co-fondateurs, parmi lesquels David Solon, qui a été du premier projet de Terra éco, espère, aussi séduire des investisseurs de les accompagner dans cette nouvelle aventure en faisant leur entrée au capital (à partir de 1 000€). Elle espère ainsi collecter 550 k€. La société éditrice du média sera une SAS au statut ESUS (Entreprise solidaire d’utilité sociale).

 

Un modèle web

Le nouveau Terra éco a bâti sa ligne éditoriale en partant du constat que « les modèles – économique, social, environnemental et démocratique - qui régissent notre société sont obsolètes ». Pour le média, « il s'agit donc de résister face à ces modèles insoutenables, de partager les ressources à disposition et d'inventer de nouveaux chemins pour les générations à venir ». Le nouveau Terra éco sera d’abord un magazine web payant (10 € par mois) avec une version papier semestrielle vendue à 20 €, sans publicité. L’association Les amis de Terra éco considère en effet « que le format papier, en dépit de tous les dénigrements, reste un objet indispensable », mais elle a choisi d'inverser le modèle.

 

Nouvelle ligne éditoriale

Terra éco ne se présente pas comme un média militant mais engagé, pas un média écolo mais humaniste. Le nouveau Terra éco sera aussi un média critique et un média, qui donne la parole à ceux qui l’ont perdue, et questionne ceux qui la confisquent. Ses co-fondateurs disent défendre "un journalisme indépendant d'investigation et de récit". Terra éco avait été placé en liquidation judiciaire le 30 mars 2016. Quelques semaines plus tard, le tribunal de commerce de Nantes avait retenu l’offre déposée par l’association des Amis de Terra éco, présidée par David Solon, pour reprendre les actifs (archives, marque, etc) du média nantais.

Florence LE NEVÉ
Articles sur les thèmes :

Fil API du 24/01/17 : autres actualités