Retour au Fil API du 05/12/17
Robotique

Tibot se positionne sur la robotique avicole

Ille-et-Vilaine  | 05/12/17
Previous Next

Spinoff du bureau d’études en mécatronic Cimtech à Saint-Herblon, Tibot est né de la rencontre avec un couple d’aviculteurs éleveurs de poules reproductrices en Mayenne. Laetitia et Benoit Savary, étaient confrontés au problème récurrent de la ponte
 au sol. Outre la perte sèche des œufs souillés, s’ajoutait le coût des ressources humaines pour leur ramassage sans compter les problèmes de santé liés à cette tâche pénible (émanations d’ammoniac). Cimtech a planché sur un robot autonome et créé Tibot technologies (Ti pour petit et bot pour robot) pour porter son développement.

 

Coach sportif

Premier né d’une gamme de robots dédiés à l’aviculture, Spoutnic est un petit robot de 60 cm2 à grosses roues motrices qui a été conçu pour résister à l’ammoniac, aux sols irréguliers et à la poussière. Le robot, doté d’une autonomie de 8 h grâce à des batteries rechargeable, ne demande aucune installation technique ni de configuration spécifique. Il ne ramasse pas les œufs mais aide l’aviculteur à éduquer les poules en les poussant à la bonne heure vers les pondoirs. Il intervient également pour animer les poulaillers, obligeant les volailles à faire de l’exercice. « Un vrai coach sportif », s’amuse Lionel Planquette, responsable technique du projet. Mais avec un véritable impact économique. « Les souches de poules reproductrices sont choisies pour éviter les combats. Plus grosses, avec de plus petites pattes, elles bougent moins ». Les inciter à se remuer augmente leur masse musculaire et leur donne meilleur appétit. On constate in fine une baisse du taux de mortalité dans les élevages ».

 

levée de fonds en cours

Tibot a débuté la commercialisation de Spoutnic au Space en septembre. 30 unités ont déjà été vendues. La société aujourd’hui constituée de 7 personnes (entrepreneurs, éleveurs et ingénieurs), vise 150 ventes en 2018. La production du Spoutnic est faite auprès de sous-traitants du Grand ouest. L’assemblage est réalisé en interne chez Tibot technologies. La société est à la recherche d’un partenaire industriel pour l’intégration des composants dans le chassis. Et prépare déjà la génération suivante de robots avicoles. Doté d’un système de géolocalisation pour se repérer dans les bâtiments complexes, équipé de quoi brasser la litière des volailles ou de stimuli sonores ou visuels… Un projet collaboratif financé par la région Bretagne et Bpifrance est en cours avec l’université de Rennes, le centre technique avicole Itavi et Cimtech. Tibot souhaite aussi rapidement aborder l’export à commencer par la Suisse. La société doit aussi se structurer en R&D mais aussi au niveau commercial. Elle va doubler ses effectifs en 2018. Pour financer ces développements, la startup prépare une levée de fonds d’1M€ d’ici à la fin février. Deux fonds sont déjà partants et Bpifrance également via son fonds d’amorçage.

Olivia BASSI

Fil API du 05/12/17 : autres actualités