Retour au Fil API du 23/04/18
Energies renouvelables

Un prototype d'éolienne flottante inauguré près de Brest

Finistère  | 23/04/18

Un prototype d'éolienne flottante conçue par Eolink a été installée à Saint-Anne-du-Portzic, près de Brest, sur le site expérimental de l’Ifremer. L’engin mesure 1/10e du projet final.

Conçu par la jeune pousse brestoise Eolink en partenariat avec l'Ifremer, un prototype d'éolienne flottante considérée comme l'avenir de l'éolien marin en France, a été inauguré vendredi 20 avril à Saint-Anne-du-Portzic, près de Brest. L’engin mesure 1/10e du projet final. L'éolienne à taille réelle, dotée d'une hauteur de nacelle de 120 mètres au-dessus du niveau de la mer, sera fabriquée progressivement après plusieurs phases de tests. Sa capacité de production sera de 12 MW, deux fois plus que les éoliennes « posées » en mer du Nord, selon ses concepteurs. Très en retard sur le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark, locomotives européennes de l'éolien offshore, la France compte sur le flottant pour exploiter ses gisements de vent les plus importants, en Bretagne et en Méditerranée. Les éoliennes flottantes ont en effet l'avantage de pouvoir être installées en eaux profondes, contrairement à celles reposant sur des fondations. Les tests sur le prototype d'Eolink dureront plusieurs mois avant la production des premiers prototypes en taille réelle en 2021 et une fabrication en série programmée en 2025.

 

Potentiel de 400 TWh/ an

La France avait inauguré en octobre dernier la première éolienne flottante en mer, portée par la société Ideol, sur le port de Saint-Nazaire. « Il y a d'autres projets mais pas d'autres réalisations à ce jour », indique Marc Guyot, président d'Eolink. Parmi les innovations imaginées par l’entreprise le mât conventionnel est remplacé par quatre bras « qui améliorent la résistance de la structure » reposant sur un flotteur. L'architecture permet, selon ses concepteurs, « de réduire sa masse et son coût et d'installer un rotor plus grand pour davantage d'électricité, sur un plus petit flotteur ». Le potentiel de l'éolien flottant en France est estimé à 400 TWh/ an. (avec AFP)

Fil API du 23/04/18 : autres actualités