Retour au Fil API du 27/03/18
Numérique

Willa veut accélérer la parité dans les startups nantaises

Loire-Atlantique  | 27/03/18

La soirée de lancement de Willa à Nantes s'est tenue le 20 mars.

Dédié aux créatrices d’entreprise, l’incubateur parisien Willa (ex Paris pionnières) choisit Nantes pour lancer la première déclinaison régionale d’un programme visant à accentuer la mixité hommes / femmes dans les startups. « Aujourd’hui, seulement 10 à 15 % des entreprises numériques créées en régions le sont par des femmes. Cela s’explique par le fait que peu d’entre elles suivent des études qui forment à ce secteur, mais aussi par des freins plus traditionnels liés à la peur de se lancer dans un projet entrepreneurial, malgré des envies et des projets innovants. L’objectif du programme Willa sera d’aider les créatrices à passer de l’idée à l’action », explique Sandrine Charpentier, directrice de l’antenne nantaise 1kubator, le partenaire local de Willa, et également fondatrice de l’association Femmes du digital Ouest.

 

Première promotion de vingt créatrices

La première promotion nantaise du programme Willa intégrera une vingtaine de créatrices, sélectionnées à l’issue d’un appel à projets se terminant le 13 mai. Les lauréates participeront ensuite en juin à une session intensive de 3 jours, en marge du Web2day, avec des modules consacrés aussi bien aux aspects techniques et marketing d’un lancement d’entreprise qu’à l’apprentissage d’outils pour dépasser les peurs liées à la création. Un concours de pitchs couronnera alors une créatrice qui se verra proposer un accompagnement par 1kubator tout en profitant d’une connexion avec des mentors et experts de BNP Paribas, partenaire de Willa. « Cette première promotion constitue un test qui doit nous permettre de voir si nous pouvons renouveler l’expérience. A Paris, deux promotions sont organisées chaque année », indique Sandrine Charpentier.

 

Déjà une incursion à Nantes en 2008

Depuis sa création en 2005, Willa a accompagné 350 entreprises à Paris. L’incubateur avait déjà fait une première incursion à Nantes en 2008, en participant à la création du réseau local Atlantic pionnières, entré depuis en sommeil. L’objectif était alors de porter à 20 % la part des femmes dans les créations d’entreprises atlanpolitaines à l’horizon 2012.

Sébastien PAYONNE

Fil API du 27/03/18 : autres actualités